Archive for June, 2017

Garboussa

June 30th, 2017

Garboussa är en kulle i Algeriet. Den ligger i provinsen Tiaret, i den norra delen av landet, 260 km sydväst om huvudstaden Alger electric pill shaver. Toppen på Garboussa är 1 088 meter över havet.

Terrängen runt Garboussa är kuperad åt sydväst, men åt nordost är den platt. Den högsta punkten i närheten är 1 132 meter över havet, 1,1 km sydost om Garboussa. Runt Garboussa är det ganska glesbefolkat, med 42 invånare per kvadratkilometer. Närmaste större samhälle är Frenda takeya modern glass water bottle, 13,6 km söder om Garboussa. Trakten runt Garboussa består till största delen av jordbruksmark. I trakten runt Garboussa finns ovanligt många namngivna vattenkällor och klippformationer.

Ett kallt stäppklimat råder i trakten. Årsmedeltemperaturen i trakten är 18 °C. Den varmaste månaden är augusti socks for soccer, då medeltemperaturen är 31 °C, och den kallaste är januari, med 6 °C. Genomsnittlig årsnederbörd är 576 millimeter. Den regnigaste månaden är november, med i genomsnitt 93 mm nederbörd, och den torraste är juli, med 6 mm nederbörd.

Ваккеров

June 27th, 2017

Германия

Мекленбург-Передняя Померания

Восточная Передняя Померания (район)

Управление Ландхаген

54°06′13″ с. ш. 13°20′43″ в. д.

9 подрайонов

Манфред Херинг

31,72 км²

0 м

1414 человек (2010)

UTC+1, летом UTC+2

+49 3834

17498

OVP

13 0 59 098

 (нем.)

Ваккеров (нем. Wackerow) — коммуна в Германии, в земле Мекленбург-Передняя Померания.

Входит в состав района Восточная Передняя Померания. Подчиняется управлению Ландхаген. Население составляет 1414 человек (на 31 декабря 2010 года). Занимает площадь 31,72 км². Официальный код — 13 0 59 098.

Коммуна подразделяется на 9 сельских округов.

Анклам | Банделин | Баргишов | Бенц&nbsp glass insulated water bottle;| Беренхофф | Блезевиц | Больдеков | Брюнцов | Буггенхаген | Бугевиц | Будденхаген | Бутцов | Вайтенхаген | Ваккеров | Витшток | Вольгаст | Врангельсбург | Вустерхузен&nbsp which electric shaver;| Гарц | Грибов | Грос-Кизов | Грос-Польцин | Гюцков | Даргелин | Дарген | Дерзеков | Дидрихсхаген | Духеров | Зарнов&nbsp reusable bottles for water;| Зауцин | Ивен | Иккериц | Камминке | Карлсбург | Карлсхаген | Катцов | Кемниц&nbsp best plastic water bottles safe;| Кёльцин | Кляйн-Бюнцов | Козеров | Корсвандт | Крёслин | Крин | Крузенфельде | Круммин | Лассан | Левенхаген | Лёссин | Липен | Лоддин | Лубмин | Люманнсдорф | Лютов | Медов | Мезекенхаген | Меллентин | Мёльшов | Мурхин | Нетцов | Ной-Больтенхаген | Ной-Козенов | Нойендорф-А | Нойендорф-Б | Нойенкирхен | Нойенкирхен | Пенемюнде | Постлов | Пудагла | Путцар | Ранквиц | Россин | Рубенов | Рубков | Трассенхайде | Узедом | Хансхаген | Херингсдорф | Хинрихсхаген | Хоэндорф | Цемиц | Цемпин | Цинновиц | Цирхов | Цитен | Цюссов | Шматцин | Шпантеков | Штольпе | Штольпе-на-Узедоме

Bubba Green

June 27th, 2017

Anthony Wayne “Bubba” Green (born September 30, 1957) was a professional American football player who played defensive lineman for one season for the Baltimore Colts.

Green was born in Cape May, New Jersey and grew up in Woodbine. He graduated from Millville High School. His father, who was a police officer, left the family when Green was 13 years old. Despite Green’s dyslexia, he was accepted at North Carolina State University where he played football bpa free water containers.

Green entered North Carolina State in 1976 and lettered in football for four years. At 6ft-4in and 278 lbs, Green played defensive tackle and won several individual honors during his college career. He was also a member of the 1977 and 1978 NC State track teams.

Green was picked in the 6th round of the NFL draft in 1981 by the Baltimore Colts. Green wore jersey #91 and played right defensive tackle. In his first season, he played in 15 games and started 10 of them with one interception, one fumble recovery and no sacks. Green suffered a knee injury and never played another game in the NFL.

Green and his wife, Nancy (Arrington), currently live in Randallstown, Maryland. Green’s daughter, Deanna Camille Green died in an accident on May 5, 2006 when she made contact with a chain-link fence that had become electrified by the city’s power grid. The fence was part of a softball field in Baltimore’s Druid Hill Park where Deanna was playing. Deanna was stretching before her at-bat when she touched the electrified fence. Her death was instantaneous cheap football shirts. The Greens have since petitioned the Maryland Public Service Commission and the Maryland State Legislature for stricter safety measures.

Emil Rathenau

June 26th, 2017

Emil Moritz Rathenau (11. december 1838 i Berlin − 20. juni 1915) var en tysk virksomhedsleder, der grundlagde elektronikvirksomheden AEG.

Emil Rathenau var født i en velhavende jødisk familie. Han blev selv allerede i 1865 medejer af en fabrik, og mens han var på rejse for denne, fik han øjnene op for elektriciteten, der var stærkt på vej frem i samfundet. Med hjælp fra banker fik han rettighederne til at fremstille produkter, som Thomas Edison havde patenter til real authentic jerseys. I 1883 dannede han “Deutsche Edison-Gesellschaft für angewandte Elektricität”, der i 1887 blev til “Allgemeine Elektricitäts-Gesellschaft” (AEG).

I 1903 blev han direktør for AEG. Sammen med sin konkurrent og forretningspartner Werner von Siemens dannede han “Telefunken Gesellschaft für drahtlose Telegraphie mbH”, og Rathenau havde også en række poster i bestyrelsen for “Berliner Handels-Gesellschaft und der Elektrizitäts AG vorm. W. Lahmeyer & Co.” how to tenderise a steak.

I privatlivet blev han i 1866 gift med Mathilde Nachmann, datter af en bankmand fra Frankfurt. De fik to sønner, Erich og Walther Rathenau. Sidstnævnte blev selv industrimand samt politiker og progressiv økonom.

Lycée de Mostar

June 26th, 2017

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants best reusable water bottle with filter.

uwcmostar.ba/

Valentina Mindoljević (UWCiM)

Géolocalisation sur la carte : Europe

Géolocalisation sur la carte : Bosnie-Herzégovine

Le lycée de Mostar est située en Bosnie-Herzégovine, sur le territoire de la ville de Mostar et sur celui de la Ville de Mostar. Il a été créé en 1893 tennis bracelet.

Autrefois dédicacé au poète Aleksa Šantić, un poète serbe bosnien, il est aujourd’hui connu sous le nom de

« Vieux lycée » (Stara gimnazija).

Le bâtiment abrite deux écoles; une école locale et une école internationale UWCiM

Brazil Home T.SILVA 3 Jerseys

Brazil Home T.SILVA 3 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

; United World Colleges in Mostar ()

Construits entre 1892 et 1902 sur des plans de l’architecte František Blažek dans un style néo-mauresque, les bâtiments du lycée sont inscrits sur la liste provisoire des monuments nationaux de Bosnie-Herzégovine.

Jim Dickson (producer)

June 26th, 2017

James “Jim” Dickson (January 17, 1931 – April 19, 2011) was born in Los Angeles, California, son of a diesel engineer in the United States Navy. He was an avid sailor as a teenager, and enlisted in the United States Army in 1946 before he embarked on a career in the recording industry as a self-taught record producer and band manager. Before producing the first Elektra Records Bluegrass records he produced his first record, an LP on his own label, Vaya. He eventually sold the rights of Lord Buckley’s 1955 album Hipsters, Flipsters and Finger Poppin’ Daddies, Knock Me Your Lobes to Elektra and it was in print for another 25 years. Jim Dickson was the lone individual behind Elektra Records Los Angeles Bluegrass albums. In 1962 he produced his first bluegrass record for Elektra called Dian and the Greenbriar Boys by the Greenbriar Boys and a Hollywood country singer, Dian James. While working on the collaboration between Greenbriar Boys and Dian James, Dickson discovered the Dillards and with the help of Ralph Rinzler convinced Elektra Records that they were a good Bluegrass group. He went on to produce three of their records, 1963’s Back Porch Bluegrass, 1964’s Live!!!! Almost!!! and 1965’s Pickin’ and Fiddlin’ which featured fiddler, Byron Berline. Rosenberg notes that Pickin’ and Fiddlin’ “was unlike any previous bluegrass album; it was an LP of old-time fiddle music played to bluegrass backing.” Dickson was behind was the first ever recording of a Bob Dylan song by a bluegrass band, The Dillards recording of Bob Dylan’s “Walkin’ Down the Line” on their 1964 album Live!!!! Almost glass bottle factory!!!

In addition to these three records he produced for the Dillards, Dickson, now working as an independent producer, produced two best-selling instrumental albums: 12 String Guitar! and 12 String Guitar! Vol. 2. These records featured Glen Campbell on the twelve string guitar along with the Dillards as the backing band to make up the Folkswingers. These records included traditionals as well as songs written by Woody Guthrie, Pete Seeger, Ma Rainey, Lead Belly, Merle Travis, A.P. Carter, and Bob Dylan. Dickson was very adamant about the recording of Dylan tunes.

According to Neil Rosenberg Dickson was instrumental in bridging the gaps between folk, country, and bluegrass music. Rosenberg also notes that Dickson played an important role in the synthesis of folk and rock music. This began with his discovery of the Hillmen. He recorded and produced their only album, The Hillmen, in a three-month period at the end of 1963 and beginning of 1964. It was not officially released by Elektra Records until 1969 belt phone holder. Chris Hillman would later go on to help form The Byrds, with whom Dickson worked closely as a manager. Dickson persuaded them to record Bob Dylan’s “Mr. Tambourine Man” which reached number 1 on both the Billboard Hot 100 chart and the UK Singles Chart, as well as becoming the title track of their first album, Mr. Tambourine Man.

Jim Dickson would also go on to co-produce two albums by The Flying Burrito Brothers, 1970’s Burrito Deluxe and 1971’s The Flying Burrito Bros; both records feature Bob Dylan songs.

Grande Loge nationale française

June 24th, 2017

12, rue Christine-de-Pisan

La Grande Loge nationale française (GLNF) est une obédience maçonnique française fondée en 1913 sous le nom de « Grande Loge nationale indépendante et régulière pour la France et ses colonies&nbsp

United States Away RAPINOE 15 Jerseys

United States Away RAPINOE 15 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

;» . Elle est reconnue l’année de sa création par la Grande Loge unie d’Angleterre (GLUA) comme faisant partie des obédiences régulières water bottle free, « régularité maçonnique » dont les préceptes sont proclamés en 1929 par cette dernière.

Comme toutes les obédiences françaises, elle est interdite au cours de la Seconde Guerre mondiale. Après son retour dans la vie maçonnique française à la fin de la guerre, elle adopte le nom de Grande Loge nationale française en 1948 et se développe à l’instar de toutes les obédiences dans les années 1960. Sa forte croissance, à partir de 1985, soulève des problèmes de fonctionnement et de gestion qui aboutissent à la plus grave crise de son histoire en 2011, celle-ci se soldant par une scission d’un partie de ses membres et de la suspension temporaire de sa reconnaissance par la GLUA.

Obédience exclusivement masculine conformément à ses statuts, elle n’entretient pas d’accords formels de reconnaissance avec les autres obédiences françaises, tout en maintenant des relations amicales ou des rencontres occasionnelles, ainsi que certains liens administratifs avec la plupart de celles-ci.

Pour comprendre l’histoire de la GLNF, il convient de remonter à la décision prise en 1877 par la principale obédience maçonnique française de l’époque, le Grand Orient de France, dans le cadre de la querelle liée au Grand Architecte de l’Univers:

Dans le contexte de la fin du Second Empire et du rétablissement d’un système républicain en France, l’Église catholique romaine, craignant de perdre à terme son statut privilégié de religion d’État, s’engageait de tout son poids dans les questions politiques et condamnait avec une égale vigueur la franc-maçonnerie et la République française. Ce conflit bouleversa l’équilibre idéologique des loges : les catholiques pratiquants et les royalistes se tenant désormais à l’écart des loges, celles-ci devinrent assez rapidement républicaines et anticléricales.

C’est dans ce climat passionné que le convent du Grand Orient de France en 1877 supprime de ses constitutions l’obligation de la croyance en Dieu, ainsi que toutes références au Grand Architecte de l’Univers, lors de l’ouverture de leurs travaux notamment. Chaque loge devenait ainsi libre de le faire ou pas..

Ces décisions, ainsi que le soutien accordé par le Grand Orient de France à un régime républicain, furent très mal ressenties par plusieurs loges en France, par la Grande Loge unie d’Angleterre et par la plupart des autres obédiences dans le monde, principalement dans l’Empire britannique. Toutefois, les évolutions politiques suivantes, et en particulier celles qui allaient donner naissance à l’Entente cordiale à l’approche de la Première Guerre mondiale, permirent un certain temps le maintien de relations amicales, exprimées notamment lors de la consécration à Londres, sous la Grande Loge unie d’Angleterre, des loges « la France » et « l’Entente Cordiale ».

Cependant, différents membres du Grand Orient de France, et notamment Édouard de Ribaucourt étaient en désaccord avec les positions anticléricales de leur obédience. D’autres ne supportaient plus ses diktats centralisateurs. En 1911, Ribaucourt réveille à Paris la loge « Le Centre des amis », pour laquelle il obtient du Grand Orient une patente lui permettant de travailler au Rite écossais rectifié et d’utiliser l’invocation au Grand Architecte de l’Univers lors des tenues. En 1913, il reçoit une nouvelle version obligatoire des rituels, où toutes les références au Grand Architecte de l’univers ont été soigneusement omises. Après de nombreuses négociations qui n’aboutirent pas, la rupture fut décidée.

La Loge « Le Centre des amis » s’érige en « Grande Loge nationale indépendante et régulière pour la France et ses colonies » le 5 octobre 1913. Puis, dans une lettre datée du 29 octobre 1913, « L’Anglaise 204 » de Bordeaux annonce son souhait de rejoindre la nouvelle obédience. L’annonce de la reconnaissance anglaise a lieu le 3 décembre 1913 en tenue trimestrielle de Grande Loge au Freemason’s hall de Londres. « L’Anglaise 204 » rejoint alors la « Grande Loge nationale indépendante et régulière pour la France et ses colonies » le 4 décembre au lendemain de la reconnaissance par la Grande Loge unie d’Angleterre.

Le 29 octobre 1948, l’obédience change de nom pour adopter le nom de« Grande Loge Nationale Française » (GLNF). Elle demeure néanmoins marginale, n’étant pas très représentative par son effectif, qui restera jusque dans les années 1960 principalement composé d’anglophones résidant en France.[réf. insuffisante]

Il faut attendre l’année 1965 pour voir l’essor de la GLNF. Une scission importante intervient en 1964 au sein de la Grande Loge de France, à la suite d’un traité d’alliance conclu avec le Grand Orient de France. Au cours de cette crise plusieurs centaines de francs-maçons – parmi lesquels une vingtaine de membres de « L’Anglaise 204 », qui avait rejoint la GLDF – quittèrent la Grande Loge de France pour rejoindre les rangs de la Grande Loge nationale française, lui permettant ainsi de dépasser les 4 000 membres, de travailler au Rite écossais ancien et accepté et de fonder des loges composées principalement de francophones.

Dans un mouvement inverse, il arrive à plusieurs reprises que des membres d’une grande loge, désireux d’autonomie et/ou de nouer des relations fraternelles avec un courant maçonnique différent, la quittent pour fonder de nouvelles obédiences. Ce fut le cas avec la Grande Loge traditionnelle et symbolique Opéra en 1958, du réveil de la Troisième Province de la Stricte observance templière (puis rectifiée) en 1995, du Grand Prieuré des Gaules en 2000, et en 2005 de la Grande Loge des maçons réguliers francs et accepté.

Jusqu’à la fin des années 1960, la GLNF a été en France une obédience maçonnique très minoritaire (moins de 4 000 membres), bien que représentant très discrètement le courant maçonnique majoritaire dans le monde. La GLNF a connu depuis un développement très important au point de devenir la deuxième obédience française après le Grand Orient de France. Ses effectifs sont ainsi passés de 6 000 au début des années 1970 à 35 000 en 2000, puis à 44 000, regroupés en plus de 1 400 loges, en 2011, avec à l’époque un objectif annoncé par son grand maître d’alors, de 50 000 en 2012.

Cette croissance importante souleva un certain nombre d’interrogations parmi ses membres, comme parmi ses détracteurs. Il est avéré qu’elle fut en partie le résultat d’une politique de recrutement particulièrement active dans certaines de ses « provinces », notamment du sud de la France. Des journalistes accusèrent l’obédience d’affairisme, en particulier dans ces provinces, pour expliquer ces recrutements en nombre élevé et soi-disant fondés sur d’autres critères que la recherche de la voie initiatique. À la fin des années 1990, plusieurs scandales éclatent dans ces provinces, les instances de la GLNF affirment alors avoir fait un certain ménage interne et recentré leurs activités autour de leurs préoccupations spirituelles, ainsi que de l’interdiction traditionnelle des débats politiques ou religieux en loge.

En 2008 une crise se développe au sein de la GLNF, principalement autour de la conception de la grande maîtrise exprimée par l’ancien grand maître, François Stifani, ainsi que des pratiques et des modalités de sa gouvernance, notamment quant aux rapports qu’il entretenait avec la classe politique.

En décembre 2009 plusieurs représentants provinciaux de la GLNF s’expriment ouvertement contre des dérives constatées dans ce domaine (allongement de trois à cinq ans de la durée de mandat du grand maître sans concertation et acquisitions de biens mobiliers et immobiliers conséquents, communication externe inadéquate). Les mesures disciplinaires prises pour faire cesser et sanctionner ces critiques internes mettent en évidence une dérive autoritaire du grand maître alors en fonction, François Stifani, ainsi qu’un manque de démocratie dû au mode de gouvernance, par lequel le grand maître est élu ou réélu par un « Souverain Grand Comité » dont il désigne lui-même et préalablement les membres. Tout ceci entraîne un profond malaise, qui se diffuse à travers de nombreuses loges. Pour François Stifani, la démission de ses fonctions de Président de l’association, tout en conservant celle de Grand Maître, crée une situation de blocage de l’obédience, laquelle se retrouve devant la Justice pour trancher le conflit. Les décisions rendues par les tribunaux, portant injonction d’organiser une nouvelle assemblée générale, conduisent à la fin du mois de janvier 2011 à la désignation d’un administrateur judiciaire pour gérer les affaires courantes et organiser l’assemblée générale de l’association.

La forte médiatisation de cette crise amène, en mai 2011, cinq obédiences « régulières » européennes (Grandes Loges unies d’Allemagne, Grande Loge d’Autriche, Grande Loge régulière de Belgique, Grande Loge de Luxembourg et Grande Loge suisse Alpina) à suspendre leurs relations avec la GLNF. Le 19 juillet 2011, la Grande Loge unie d’Angleterre annonce à son tour la suspension de ses relations avec la GLNF. Jusqu’à cette date la GLNF était la seule obédience maçonnique française reconnue par la Grande Loge unie d’Angleterre, elle se voit ainsi interdite d’inter-visites avec cette dernière. Pour finir la GLUA lui retire sa reconnaissance le 12 septembre 2012. Il n’existe donc plus à ce moment-là d’obédience française reconnue par la Grande Loge unie d’Angleterre. Le 10 juin 2012 les cinq obédiences européennes précédemment citées, réunies à Bâle, retirent définitivement leur reconnaissance de la GLNF par une déclaration commune et cessent leurs relations avec la GLNF, qu’elles considèrent comme « privée définitivement de toute légitimité, maçonnique ou autre » et se tournent vers d’autres obédiences françaises, comme la GL-AMF et la Grande Loge de France[réf. souhaitée].

Au cours de cette crise, la GLNF a vu ses effectifs se réduire considérablement, passant de 43 500 membres en 2010 à 26 200 en mars 2013 et la création d’une nouvelle obédience issue de celle-ci, la Grande Loge de l’Alliance maçonnique française (GL-AMF).

Le 1er décembre 2012 Jean-Pierre Servel est élu nouveau grand maître de la GLNF . Il commence alors un travail de reconstruction et de restructuration de l’obédience, qui aboutira le mercredi 11 juin 2014 à une reprise de la reconnaissance de La Grande Loge unie d’Angleterre.

Au 6 juin 2015 les cinq obédiences signataires de l’appel de Bâle ont toutes restauré leurs relations d’amitié avec la Grande Loge nationale française. Ces décisions parachèvent le rétablissement de sa reconnaissance au sein de l’ensemble des grandes loges régulières dans le monde.

La GLNF est dirigée par un grand maître, élu pour trois ans renouvelables; il est assisté par un député et plusieurs assistants grand maître, choisis et nommés par le grand maître au sein d’un conclave appelé « Souverain Grand Comité ». Les seuls postes électifs sont celui du grand maître, du grand trésorier et ceux du vénérable maître et du trésorier de loge. La GLNF a adopté un découpage territorial proche du découpage administratif français. Chaque entité administrative est dirigée par un grand maître provincial ou de district, nommé par le grand maître, lui aussi assisté par un député grand maître provincial ou de district, des assistants grand maître provinciaux ou de district ainsi qu’un collège d’officiers provinciaux ou de district. Le siège de la GLNF se situe à Paris.

Il est formé de membres à vie, de membres de droit, et de membres désignés. Les membres de droit sont des grands officiers nationaux (nommés par le grand maître). Les membres désignés le sont par des conseils provinciaux composés d’officiers provinciaux et (au moins) autant de vénérables de loge ; ces derniers représentent environ le double des officiers nationaux nommés par le grand maître. Le Souverain Grand Comité participe activement à la vie de l’obédience, par son rôle de consultant bien sûr, mais aussi en émettant toute proposition utile à l’institution. Depuis 2014, il jouit en outre d’un droit de destitution du grand maître, sur proposition d’un Conseil indépendant appelé Conseil National des Sages, dont les membres sont élus et protégés de leur éviction éventuelle par les nouvelles constitutions .[réf. insuffisante]

Il est constitué des derniers grands maîtres, de quatre membres de droit (dont le grand maître) et de cinq membres élus à scrutin secret.

Le grand maître, qui est aussi le président de l’association loi de 1901 GLNF, est désigné par le Souverain Grand Comité. Cette désignation doit ensuite être ratifiée par les représentants des loges (le président de chaque loge accompagné d’un officier).

Lors de la création de la Grande Loge nationale française, seuls deux rites étaient pratiqués, le Rite émulation en anglais et le Rite écossais rectifié. Ceci fut le cas jusqu’en 1965, date à laquelle les rangs de la GLNF grossissent en nombre par la venue des membres dissidents de la Grande Loge de France. Cette dernière obédience travaillant au Rite écossais ancien et accepté, les membres constituent de nouvelles loges qui commencent à travailler à ce rite, ainsi qu’au Rite émulation en français.

En 1979, sous l’impulsion de francs-maçons refusant de laisser ce rite historique au seul monopole du Grand Orient de France, les premières loges travaillant au Rite Français selon le « régulateur du maçon » de 1801 furent respectivement, « Les Anciens Devoirs », no 238 et « St Jean Chrisostome », no 239, à l’orient de Neuilly. La première loge travaillant au Rite Français en province fut consacrée au Luc en Provence en juin 1980, sous le titre distinctif « Le Bailli de Suffren » no 254. Le premier maillet en a été tenu par Jean-Charles Foellner, ancien grand maître de la GLNF.

Le 27 novembre 1983, après le démantèlement de la base de l’OTAN de Fontainebleau, où une loge américaine pratiquait le « Rite d’York » américain, et sous l’impulsion d’un de ses anciens vénérables maîtres, installé pour sa retraite à Nice, la première loge travaillant à ce rite est consacrée à l’orient de Nice sous le titre distinctif de « Yorktown » no 350. Un nombre croissant de loges travaillent désormais au Rite standard d’Écosse, c’est-à-dire au rite pratiqué dans les loges de la Grande Loge d’Écosse dont le siège est à Édimbourg.

La GLNF travaille aux trois grades, apprenti, compagnon, maître de la franc-maçonnerie symbolique de ces six rites fondamentaux :

La GLNF souscrit sans réserve aux huit « principes fondamentaux pour la reconnaissance d’une grande loge » édictés par la GLUA en 1929 et résume ses propres principes dans la « règle en douze points » qu’elle a promulguée. Parmi ces derniers points, elle insiste principalement sur la reconnaissance d’un « principe supérieur, créateur du monde », appelé « Grand Architecte de l’Univers », sur l’interdiction de toutes controverses politiques ou religieuses dans le cadre maçonnique, sur l’existence d’une seule obédience régulière pratiquant uniquement les trois premiers degrés par État ou Nation (ce que la GLUA récuse ), et sur l’absence de tous liens maçonniques avec des obédiences qu’elle ne reconnaît pas.

Elle exige de ses membres qu’ils aient « foi en un Dieu » unique et révélé, celui-ci ne pouvant pas à ses yeux être un simple « principe créateur » ou un « Étre suprême ». En effet, et contrairement à certaines des autres obédiences reconnues par la GLUA, elle s’oppose au déisme, auquel elle reproche officiellement, notamment sur son site web, de générer « le relativisme, le syncrétisme, l’indifférentisme et l’agnosticisme ».

Il est parfois reproché à la GLNF de ne pas avoir attendu pour sa création d’avoir regroupé trois loges, comme l’aurait voulu la tradition maçonnique, et comme l’exigèrent par la suite les « basic principles » anglais de 1929. Cependant, Alec Mellor best meat tenderizer mallet, dans son Dictionnaire de la franc-maçonnerie et des francs-maçons donne à ce sujet l’explication suivante :

«  Cette règle n’était pas encore admise aussi impérativement que de nos jours en 1913, date où deux loges seulement fondèrent la Grande Loge Nationale Indépendante et Régulière, premier nom de la Grande Loge Nationale Française. Aussi est-ce une mauvaise querelle que les obédiences irrégulières lui ont cherchée à cet égard. Au demeurant, eût-elle été constituée irrégulièrement – ce qui n’est pas le cas -, la reconnaissance ultérieure de l’obédience nouvelle par la Grande Loge Unie d’Angleterre doit être tenue comme ayant couvert l’Irrégularité et fait rétroagir la régularité de la date de la fondation. »

Un des points essentiels de la « régularité » est celui de l’indépendance de la grande loge qui administre dans le respect corpus de chaque rite, les trois premiers degrés de la franc-maçonnerie, au regard des organisations de « hauts-grades » complémentaires. Les loges des trois premiers degrés, appelées quel que soit leur rite « loges bleues » ou « loges symboliques », sont invariablement placées sous l’autorité administrative du grand maître de l’obédience. Les ateliers supérieurs, également appelés « loges de perfection », suivent une progression propre à leurs rites respectifs. À cet égard, le Suprême Conseil pour le REAA, le Grand Prieuré rectifié de France pour le RER et le Grand Chapitre français pour le Rite français, ainsi que d’autres juridictions maçonniques, ont chacun leurs propres structures et leur propre hiérarchie indépendante, garantes du corpus spirituel de chaque rite.

En vertu des Constitutions d’Anderson, stipulant qu’il ne peut y avoir qu’une seule grande loge par pays, et des principes de reconnaissance établis par la GLUA, la GLNF ne permet pas à ses membres de rencontrer les membres des autres obédiences maçonniques françaises, quand bien même elles travailleraient « régulièrement ». Elle ne participe pas à la réunion d’obédiences groupées sous la dénomination « La Maçonnerie française », qui regroupe les neuf principales obédiences françaises autour du centre de recherche de l’Institut maçonnique de France, du Salon du livre maçonnique et d’autres manifestations et colloques. En revanche, il lui arrive de participer, au cas par cas, à certaines autres manifestations. Ce fut le cas par exemple à l’occasion de l’exposition maçonnique de Tours, en 1997. Ou encore en mai 2015 et pour la première fois, lors des rencontres Lafayette GODF-GLNF qui se déroule à l’Hôtel du Grand Orient de France sur le thème de « La Franc-Maçonnerie face à ses mythes » où les deux obédiences malgré leur conception très différentes de la franc-maçonnerie ont confronté fraternellement leur point de vue.

Afin d’éviter de recevoir de part et d’autre des membres exclus des autres obédiences françaises à la suite d’affaires judiciaires, la GLNF a mis en place en 2002 des accords administratifs avec le Grand Orient de France et la Grande Loge de France, afin de faciliter les échanges d’informations sur les membres radiés.

La GLNF a fait face à diverses critiques au cours de son histoire, entre autres en raison de la progression rapide de ses effectifs depuis la fin des années 1960.

À la fin des années 1990 la GLNF a été particulièrement secouée par un certain nombre d’affaires politico-financières (affaire des HLM de Paris, affaire des HLM des Hauts-de-Seine, affaire de la DCN de Toulon, affaires du tribunal de Nice), qui affectèrent également, mais à un degré moindre, des membres d’autres obédiences. À la suite de ces scandales, la GLNF a affirmé avoir fait un certain ménage interne et recentré ses activités autour de ses préoccupations spirituelles et de l’interdiction traditionnelle des débats politiques ou religieux en loge.

Alain Bartoli, membre de la loge « Lympia 72 » de l’obédience a reconnu avoir effectué des recherches nominatives dans le Système de traitement des infractions constatées (STIC) sur ordre du grand maître provincial de la GLNF Bernard Merolli. Selon Bartoli, il vérifiait la présence d’un casier judiciaire des postulants francs-maçons. Bernard Merolli a démenti cette affirmation, n’y voyant qu’une initiative personnelle de Bartoli.

La GLNF est la loge mère de la plupart des grandes loges régulières des pays d’Afrique francophone, ce qui lui vaut quelques critiques ; les grands maîtres de ces obédiences étant souvent des dirigeants politiques de premier plan, dont le respect des droits de l’homme, au sein de leur propre pays, est discutable.

Fort Lauderdale Strikers (1977–83)

June 24th, 2017

Lockhart Stadium
Fort Lauderdale, Florida

West Palm Beach Auditorium
(indoor 1979–80)
West Palm Beach, Florida

The Fort Lauderdale Strikers were an American soccer team, based in Fort Lauderdale, Florida. They played in the North American Soccer League (NASL) from 1977 to 1983. They played their home games at Lockhart Stadium.

The franchise was founded as the Washington Darts in 1967 and moved to the Miami metropolitan area in 1972, where they were known as the Miami Gatos (1972) and the Miami Toros (1973–1976) before moving to Fort Lauderdale. In addition to their time in the NASL outdoor league, the Strikers also played two NASL indoor seasons in 1979–80 and 1980–81, and competed in the 1983 NASL Grand Prix of Indoor Soccer tournament. They were owned by Miami Dolphins owner Joe Robbie and his wife Elizabeth Robbie. In 1984 they relocated to Minnesota as the Minnesota Strikers. Their first ever game was actually an indoor exhibition match with their cross-state rival the Tampa Bay Rowdies on February 27, 1977

After the 1983 season, the Strikers were moved to Minnesota and became the Minnesota Strikers. That club survived the end of the NASL by joining the Major Indoor Soccer League in 1984 waterproof bag, but did eventually fold in 1988 where to buy glass water bottles.

Regular Season Titles

Division Titles

Coach of the Year

U.S. Soccer Hall of Fame

Canadian Soccer Hall of Fame

Indoor Soccer Hall of Fame

All-Star First Team Selections

All-Star Second Team Selections

All-Star Honorable Mentions

Bulvar Dmitriya Donskogo

June 24th, 2017

Bulvar Dmitriya Donskogo (Russian: Бульвар Дмитрия Донского) is a Moscow Metro station in the Severnoye Butovo District, South-Western Administrative Okrug, Moscow, Russia. It is the southern terminus of the Serpukhovsko-Timiryazevskaya Line football sock lad.

Bulvar Dmitriya Donskogo is the newest station of the line (opened on 26 December 2002). It is also the first station of the system built outside MKAD beltway encircling most of the city. Interchange to Ulitsa Starokachalovskaya station of the Butovskaya Line leading further south is available.

There are two vestibules for station access. The second floor of the station is flanked with black and white marble what can you use to tenderize meat. It features thick black columns with light grey ceiling tiles. A strip of green marble encases the outside of the second-level balconies, as viewed from the lower level of the station. Black, grey

Mexico Home CARLOS V 11 Jerseys

Mexico Home CARLOS V 11 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

, and red granite adorn the floors. There are stairs connecting the platform and the upper level of the station refillable toothpaste dispenser.

Irving Folwartshny

June 24th, 2017

Irving HenryShortyFolsworth (born Folwartshny; March 16, 1914 – July 27, 1994) was an American hammer thrower and weight thrower. He was a seven-time United States champion and briefly held the indoor world record in men’s weight throw.

Like his fellow hammer thrower Don Favor, Irving Folwartshny was an alumnus of Deering High School in Portland, Maine. Subsequently, he studied at Rhode Island State College, where Fred Tootell, 1924 Olympic hammer throw champion, was track and field coach jumper shaver; Tootell’s other pupils included Henry Dreyer and Bill Rowe, both of whom also became national hammer throw champions.

Folwartshny placed fourth in the 35-lb weight throw at the 1935 national indoor championships, but his breakthrough year was 1936, his sophomore year at Rhode Island, when his results improved rapidly. At the 1936 indoor championships he won the weight throw with a heave of 58 ft 1 12 in (17.71 m), defeating Dreyer and Pete Zaremba and breaking Dreyer’s world record by four and a half inches; as a world record Folwartshny’s throw was short-lived, as Dreyer threw 58 ft 4 12 in (17.79 m) only seven days later; but as a championship record it lasted until 1951.

During the 1936 outdoor season Folwartshny repeatedly threw the hammer over 170 ft (51.81 m), smashing his 1935 best of 156 ft (47.55 m). He won the IC4A hammer championship with a throw of 172 ft 9 38 in (52.66 m), ahead of Bates’s Anton Kishon and Rowe. At the national championships Folwartshny threw 167 ft 14 in (50.90 m) and took second behind Rowe; like his fellow Rhode Island throwers Rowe and Dreyer, he was one of the favorites to qualify for the American Olympic team. The Olympic Trials, however, were held separately from the national championships for the first time since 1924; at the Trials, Dreyer and Rowe took first and second, but the third and final Olympic spot went to Don Favor as Folwartshny only managed 157 ft 3 14 in (47.93 m) and placed sixth.

In 1937 Folwartshny won his second national indoor weight throw title with a throw of 57 ft 4 34 in (17.49 m), again defeating Dreyer. He also won the IC4A indoor weight throw and successfully defended his outdoor IC4A hammer title. In addition, he became national (AAU) outdoor champion for the first time, throwing the hammer 173 ft 7 58 in (52.92 m) and beating runner-up Bill Lynch by seven feet.

In 1938 Folwartshny repeated as AAU and IC4A weight throw champion indoors and reached his peak as a hammer thrower outdoors. He won his third consecutive IC4A hammer title with a throw of 178 ft 9 34 in (54.50 m), then the second-best mark in IC4A history behind his own coach, Fred Tootell, who had thrown 181 ft 6 12 in (55.33 m) when he won in 1923. Folwartshny also repeated as AAU hammer champion, throwing 179 ft 3 in (54.63 m) in that meet; it was the best throw at the national championships since Pat Ryan’s meeting record of 183&nbsp belt phone holder;ft 3 34 in (55.87 m) from 1914. After the American season Folwartshny toured Europe with a number of other athletes; he set his personal best of 56.17 m (184 ft 3 38 in) in Osnabrück on August 21, although he still only placed second to Germany’s reigning Olympic champion Karl Hein.

Like Dreyer before him, Folwartshny represented the New York Athletic Club after graduating from Rhode Island State. Dreyer dethroned him as indoor weight throw champion in 1939, and Folwartshny also lost his outdoor hammer title that year, only placing fourth with a throw of 169 ft 9 34 in (51.75 m) as Chester Cruikshank won. Folwartshny never regained the weight throw championship, but did win the hammer title again in 1941, throwing 175 ft 6 18 in (53.49 m) and defeating the previous year’s champion, fellow Maine native Stanley Johnson, by almost three feet. Folwartshny anglicized his surname to Folsworth before the 1944 national indoor championships, where he took second behind Dreyer in the weight throw. As Folsworth, he won the AAU hammer title for a fourth and final time in 1946, throwing 169 ft 8 in (51.71 m); it was the eleventh consecutive time he had placed in the top four. The streak ended that year, however, as he no longer placed in 1947; Folsworth retired from competition before the 1948 season, not pursuing selection for the Olympics in London.

Folsworth earned his living as a construction engineer, and as sales engineer and corporate vice president of Grinding Inc. in Connecticut.

Despite his nickname “Shorty”, Folwartshny was tall and bulky even by the standards of heavy throwers, and the press described him as a “giant”. Listed as 6 ft 6 in (198 cm) and 225 lbs (102 kg) as a collegiate sophomore in 1936, Folwartshny continued to bulk up, weighing 262 lbs (119 kg) by 1947. The Association of Track and Field Statisticians gives his height as 200 cm (6 ft 7 in).

Folsworth was inducted in the University of Rhode Island Athletic Hall of Fame in 1973, in the same class as Rowe and Dreyer running belt for phone, and in the Maine Sports Hall of Fame in 1981, in the same class as Favor.

2016 fashion trends

MCM Rucksack | Kelme Outlet | maje dresses outlet| maje dresses for sale

kelme paul frank outlet new balance outlet bogner outlet le coq sportif outlet shopping online dresses grocery shopping online clothes shopping online